Avril – Alain

La pratique du Wakesurf fait partie quasiment de notre quotidien du printemps à l’automne sur le lac d’Annecy. On en a déjà parlé sur le blog et on pense ne pas en avoir fini! Pour preuve ce portrait d’Alain , devenu un de nos amis à force de sessions en sa compagnie sur notre bon vieux lac. Alain nous impressionne de par sa capacité à gérer une vie bien remplie, de front et sans répit. Précurseur, créateur, gestionnaire, rider, il se bat depuis des années pour que la pratique du Wakesurf soit reconnue à sa juste valeur et que chacun puisse découvrir ce sport à la fois ludique et fort de sensations. On avait donc envie de parler de lui et de ses multiples facettes, une occasion de mettre en lumière ses actions et de le soutenir à notre manière!

  • Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Alain , un passionné de Wakesurf et de sports de glisse en général. J’ai fait beaucoup de BMX, de skateboard et de snowboard dans ma jeunesse et depuis une dizaine d’années, je me suis mis au Wakesurf.

  • D’où est venue ton idée de créer ta propre marque de Wakesurf ?

J’ai essayé beaucoup de planches de Wakesurf depuis mes débuts mais je ne trouvais pas vraiment celle qui me convienne. Donc je me suis dit pourquoi ne pas fabriquer des boards moi même ? Finalement je me suis associé avec des shapers qui avaient déjà le savoir-faire pour la construction. Je m’occupe de toute la partie conception/prototype et marketing/ventes et mes 2 shapers m’aident pour la conception, les prototypes et s’occupent de la fabrication. Tous les produits sont donc fabriqués en France, c’est ce qui me permet de faire des planches « customs » en 3 à 4 semaines et surtout avec une qualité de fabrication inégalable.

  • De quoi t’inspires-tu pour les design et les « shape » ?

Je regarde pas mal ce qui se fait dans d’autres sports de glisse notamment le surf car c’est un marché énorme et certains shapers sont vraiment innovants. Je discute aussi avec les riders et mes clients qui me font un retour sur leurs expériences avec mes produits et ça me permet de faire évoluer certaines caractéristiques.

  • Que penses-tu de la pratique du Wakesurf et du circuit professionnel en France?

Je fait du Wakesurf depuis 13 ans maintenant et j’ai vu le sport progresser doucement les premières années et ça s’accélère un peu depuis 3 ou 4 ans.

Malheureusement il n’y a pas de circuit « pro » en Europe, le sport est encore minuscule et il y a très peu d’argent donc impossible pour un rider d’en vivre.  Aux USA, par contre il y a des pro-riders qui ne font que ça et qui gagnent leur vie grâce à la discipline.

  • Je suis une non-initiée et je veux me mettre à la discipline, quels seraient tes meilleurs conseils?

S’adresser à des professionnels, un club de Wakeboard par exemple, qui connaissent déjà le sport et qui pourront te donner les bons conseils pour débuter. Le Wakesurf n’est pas un sport dangereux mais doit être pratiqué dans des conditions de sécurité maximale, par exemple toujours porter un gilet d’aide à la flottaison (ou « impact vest ») ce qui te protégera en cas de mauvaise chute.

  • Tu participe à la compétition de Wakesurf chaque année en Septembre à Talloires, la « Surf The Lake ». Qu’aimerais-tu voir en 2016 sur cet événement ?

Cette année, la compétition à Talloires début Septembre (depuis de nombreuses années) devrait devenir peut être le championnat Européen de Wakesurf et j’espère qu’elle va pouvoir avoir lieu car c’est de plus en plus dur de trouver des partenaires financiers pour l’événementiel en France.

  • Avec tous ces projets très prometteurs, que pourrait-on te souhaiter pour l’avenir ?

Trouver le temps de ne rien faire! Non sérieusement, que de plus en plus de gens découvrent ce super sport qu’est le wakesurf, et continuer à rencontrer des riders passionnés, hommes et femmes, avec qui faire des supers sessions.

  • Quelles sont tes meilleures adresses sur Annecy et alentours ?

Je n’ai pas trop le temps de sortir mais quand je veux manger une bonne pizza, je vais chez mon pote Junior à The Little Italy, Chez Monique, ou un bon burger au Roster. Pour ce qui est des sorties musicales, je suis un fervent adepte de l’Usine à Genève depuis plus de vingt ans. Ce serait une catastrophe si ce lieu venait à fermer. Etant un fan de Punk /Hardcore, c’est le seul endroit dans la région avec une vraie programmation

 

Leave a Comment