Les techniques par mouvements oculaires dans la gestion du traumatisme : une approche innovante

Les techniques par mouvements oculaires dans la gestion du traumatisme : une approche innovante

La gestion du traumatisme a connu ces dernières années de nombreuses avancées, grâce notamment à l’émergence de nouvelles méthodes thérapeutiques. Parmi celles-ci, les techniques par mouvements oculaires se sont révélées particulièrement efficaces pour traiter divers problèmes tels que les traumatismes, l’anxiété, les phobies ou encore la dépression. Dans cet article, nous vous proposons d’explorer en détails le principe et les applications de cette approche innovante.

Le principe des techniques par mouvements oculaires

Les techniques par mouvements oculaires font appel à la capacité naturelle du cerveau à s’autoréguler et à guérir lui-même lorsqu’il est confronté à un traumatisme. Elles consistent à induire volontairement des mouvements oculaires afin de faciliter la réorganisation des informations neuronales et contribuer ainsi au processus de guérison. Ces mouvements oculaires permettraient de mieux intégrer les souvenirs traumatiques, en leur ôtant leur caractère perturbant et en renforçant les ressources internes face aux épreuves vécues.

L’E.M.D.R : une méthode thérapeutique reconnue

Créée en 1987 par Francine Shapiro, psycthérapeute américaine, la méthode Eye Movement Desensitization and Reprocessing (E.M.D.R) est aujourd’hui largement utilisée dans le monde entier pour traiter les traumatismes. Cette technique a été reconnue comme efficace par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2013 dans le traitement des troubles stress post-traumatique (TSPT). Elle repose sur la réalisation d’une série de mouvements oculaires dirigés, qui permettraient de désensibiliser la charge émotionnelle associée au souvenir traumatique et de favoriser sa restructuration cognitivo-affective.

Les applications thérapeutiques des techniques par mouvements oculaires

Les techniques par mouvements oculaires s’avèrent particulièrement utiles dans la prise en charge de divers problèmes psychologiques, tels que :

  • Les traumatismes : qu’ils soient consécutifs à un accident, une agression, un deuil ou encore une catastrophe naturelle, les traumatismes peuvent laisser des traces durables et envahissantes sur le plan émotionnel et cognitif. L’utilisation des techniques par mouvements oculaires peut aider à réduire significativement la détresse liée à ces événements et faciliter ainsi le travail de résilience.
  • L’anxiété : les mouvements oculaires sont également utilisés pour traiter les troubles anxieux, qu’il s’agisse d’un état généralisé d’inquiétude, d’attaques de panique ou encore de phobies spécifiques. Ils contribuent à apaiser le système nerveux et à renforcer les capacités de régulation émotionnelle face aux situations stressantes.
  • La dépression : en permettant une réorganisation neuronale, les techniques par mouvements oculaires favorisent la régulation de l’humeur et aident à surmonter les épisodes dépressifs. Elles s’utilisent souvent en complément d’autres approches thérapeutiques, notamment psychodynamique.
  • Les addictions : certains praticiens de l’E.M.D.R proposent aujourd’hui des protocoles adaptés aux problématiques d’addiction, afin de faciliter le sevrage et prévenir les rechutes en agissant sur les mécanismes émotionnels sous-jacents.
Lisez aussi :  Tout savoir sur la rhinoplastie ultrasonique

Déroulement d’une séance de technique par mouvements oculaires

Une séance de technique par mouvements oculaires, comme l’E.M.D.R., suit généralement un protocole bien précis :

  1. Anamnèse : la première étape consiste à recueillir des informations sur le problème du ou de la patient.e, ses antécédents, ainsi que le contexte dans lequel il/elle évolue.
  2. Évaluation du souvenir cible : ensuite, le praticien invite la personne à explorer le souvenir traumatique, en prenant en compte aussi bien les aspects visuels que sensoriels, émotionnels et cognitifs. Il s’agit alors d’évaluer la charge émotionnelle associée à ce souvenir et de déterminer une échelle de perturbation (ou “Subjective Units of Disturbance”, S.U.D.), qui servira de repère tout au long de la prise en charge.
  3. Mise en place des mouvements oculaires : le praticien guide alors les yeux du/de la patient.e dans une série de mouvements alternés, tout en lui demandant de maintenir sa concentration sur le souvenir cible. Cette phase peut aussi être basée sur d’autres stimulations bilatérales, telles que des mouvements auditifs (écoute alternée) ou tactiles (tapotement alterné).
  4. Réévaluation et désensibilisation : après chaque séquence de mouvements oculaires, la personne est invitée à donner ses impressions afin d’évaluer l’évolution de sa réaction émotionnelle face au souvenir et, si nécessaire, à ajuster les stimuli pour faciliter la désensibilisation.
  5. Restructuration cognitive : une fois la charge émotionnelle réduite, il s’agit alors de travailler sur les pensées et les habitudes cognitives liées au traumatisme, afin de renforcer la résilience et d’aider la personne à retrouver un équilibre psychique.

Le nombre de séances nécessaires varie en fonction du problème rencontré et de sa complexité. Certaines personnes peuvent bénéficier d’un mieux-être significatif en seulement quelques séances, tandis que d’autres nécessitent un accompagnement plus long terme pour venir à bout de leurs difficultés.

Lisez aussi :  Comment perdre des seins quand on est un homme ? (adipomastie)

Les limites et contre-indications des techniques par mouvements oculaires

Malgré leur efficacité reconnue, les techniques par mouvements oculaires ne sont pas dénuées de certaines limites et contre-indications. Elles sont notamment déconseillées en cas de troubles psychotiques, d’épilepsie non traitée ou encore de détachement de rétine. Par ailleurs, elles peuvent provoquer des réactions émotionnelles intenses et parfois imprévisibles, ce qui nécessite la présence d’un praticien formé à cette approche pour encadrer le processus.

Enfin, il est essentiel de rappeler que les techniques par mouvements oculaires ne constituent pas une solution miracle et doivent s’inscrire dans une démarche globale de prise en charge du patient. Elles peuvent être particulièrement efficaces lorsqu’elles sont associées à d’autres approches thérapeutiques complémentaires, telles que la psychothérapie, la relaxation ou encore l’hypnose.

👀 Technique EMDR L’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) est une technique psychothérapeutique qui utilise des mouvements oculaires pour aider à traiter les traumatismes.
👩‍💻 Fondements théoriques La technique repose sur l’idée que les mouvements oculaires peuvent diminuer l’intensité des pensées perturbatrices associées à un souvenir traumatisant.
🔄 Processus de la séance Le thérapeute guide le patient pour qu’il effectue des mouvements oculaires rapides, tout en se remémorant l’événement traumatisant, afin de faciliter le processus de guérison.
📈 Efficacité et application Des études ont montré que l’EMDR peut être efficace pour réduire les symptômes du stress post-traumatique et d’autres troubles psychologiques.

Articles similaires

Facebook
Twitter
Email
Imprimer

Laisser un commentaire

cinq × 5 =