Ostéopathie et chiropraxie : quelles différences à retenir ?

Ostéopathie et chiropraxie : quelles différences à retenir ?

L’ostéopathie et la chiropraxie sont deux approches thérapeutiques qui visent à améliorer le bien-être et la santé en travaillant principalement sur la colonne vertébrale, les articulations et les muscles. Si elles présentent certaines similitudes, il existe néanmoins des différences notables entre ostéopathe et chiropracteur qu’il est essentiel de connaître pour mieux orienter ses choix en matière de santé.

Les fondements théoriques de l’ostéopathie et de la chiropraxie

Au cœur de ces deux disciplines se trouve un point commun indéniable : la conviction que le corps possède une capacité d’autoguérison naturelle. En optimisant le fonctionnement des structures osseuses, musculaires et nerveuses, les praticiens apportent un rééquilibrage qui permet au corps de retrouver son potentiel de guérison.

L’approche globale de l’ostéopathie

L’ostéopathie repose sur l’idée que le corps est une unité fonctionnelle interconnectée, et que les déséquilibres entre ses différents éléments peuvent être à l’origine de divers dysfonctionnements. Le travail de l’ostéopathe consistera donc à rétablir la mobilité et l’équilibre du corps dans son ensemble, en agissant non seulement sur la sphère musculosquelettique et articulaire, mais également sur les organes internes et le système nerveux.

La focalisation sur la colonne vertébrale en chiropraxie

De son côté, la chiropraxie se concentre surtout sur la relation entre la structure du corps, principalement la colonne vertébrale, et ses fonctions. Le chiropracteur veille donc à éliminer toute forme de subluxation vertébrale (désalignement des vertèbres) pouvant gêner la transmission des influx nerveux directement impliquée dans l’expression de nombreux maux que peut exprimer un individu. Ainsi, il cherche à optimiser le fonctionnement du système nerveux en agissant essentiellement sur la colonne vertébrale.

Lisez aussi :  Les remèdes de grand-mère efficaces pour soulager l'arthrose cervicale

Des techniques manuelles spécifiques pour chaque discipline

Les différences entre ostéopathie et chiropraxie se retrouvent également au niveau des techniques employées par les praticiens qui, bien qu’utilisant leurs mains comme outil principal d’intervention, recourent à des approches thérapeutiques distinctes.

Les manipulations douces en ostéopathie

Pour restaurer la mobilité et l’équilibre du corps, l’ostéopathe emploie une variété de techniques manuelles douces et non invasives, telles que le travail myofascial, les mobilisations articulaires passives ou encore les manipulations viscérales. Il s’agit de méthodes respectueuses de la physiologie du patient, sans causer de brusques chocs mécaniques.

Les ajustements précis en chiropraxie

Le chiropracteur, quant à lui, met l’accent sur la réalisation d’ajustements vertébraux précis et ciblés, par le biais de mouvements courts et rapides appliqués directement sur les vertèbres concernées. Il peut également avoir recours à des instruments spécifiques pour effectuer ces corrections, comme la table de drop ou l’activator.

Une prise en charge différente selon la discipline

Au-delà des différences au niveau des techniques employées, on note également quelques distinctions dans les modalités de la prise en charge des patients par un ostéopathe ou un chiropracteur.

L’évaluation du patient en ostéopathie et chiropraxie

Avant de proposer un traitement adapté, les deux praticiens prendront en compte l’historique médical du patient, son mode de vie et ses antécédents. Néanmoins, ils utiliseront des outils de diagnostic propres à leur discipline : le bilan ostéopathique et le bilan chiropratique. Ces derniers se focaliseront respectivement sur la détection des troubles fonctionnels et structurels du corps.

La durée et la fréquence des séances

Généralement, une séance d’ostéopathie dure entre 45 minutes et une heure, tandis qu’une séance de chiropraxie est plus courte, aux alentours de 15 à 30 minutes. De plus, le suivi chiropratique peut impliquer un plus grand nombre de rendez-vous (parfois plusieurs fois par semaine) au début du traitement, pour ajuster de manière optimale la posture et le fonctionnement des structures corporelles impliquées. En revanche, les séances d’ostéopathie sont souvent moins rapprochées dans le temps.

Lisez aussi :  Méthandrosténolone (Dianabol) : un stéroïde anabolisant puissant

Vers qui se tourner : ostéopathe ou chiropracteur ?

La question de savoir vers quel praticien se tourner peut être complexe en raison de certaines similitudes entre les deux disciplines. Voici quelques éléments à prendre en compte pour orienter votre choix :

  • Si vous êtes confronté(e) à des problèmes de mobilité liés à l’image globale de votre corps plutôt que centrés principalement sur la colonne vertébrale, l’ostéopathie pourrait être privilégiée
  • En cas de maux directement liés à la colonne vertébrale et nécessitant des ajustements précis, la chiropraxie peut s’avérer être une option pertinente
  • Dans certains cas, un travail conjoint entre ostéopathe et chiropracteur peut être bénéfique afin de profiter des avantages offerts par ces deux approches complémentaires

Il est également crucial de bien choisir son praticien en vérifiant sa formation, ses compétences et sa réputation. Par ailleurs, il est indispensable de consulter un médecin avant toute démarche thérapeutique alternative telle que l’ostéopathie ou la chiropraxie.

🦴 Ostéopathie Chiropraxie
Approche holistique du corps axée sur le traitement de l’ensemble du système musculo-squelettique. Focalisée principalement sur le diagnostic, le traitement et la prévention des désordres mécaniques de l’appareil locomoteur, en particulier la colonne vertébrale.
Utilise une variété de techniques manuelles, y compris des manipulations douces des muscles et des articulations. Se concentre sur des ajustements chiropratiques spécifiques et souvent plus forcefuls pour corriger les alignements.
Formation généralement de 5 ans incluant un diplôme en ostéopathie. Formation qui peut varier mais inclut souvent un Doctorat en chiropraxie (DC) après un parcours d’études universitaires.

Articles similaires

Facebook
Twitter
Email
Imprimer

Laisser un commentaire

trois × 4 =